Norrøna

Norrøna

Norrøna

Transalp

Une randonnée civilisée.

À une époque, les personnes qui se déplaçaient à pied étaient considérées comme pauvres et traitées de vagabond ou de clochard. Aujourd'hui, c'est plutôt le contraire. Dans notre société, le temps, c'est de l'argent, et le temps libre se fait rare. Le fait de marcher et de passer du temps au grand air est donc presque considéré comme un privilège. Mettre un pied devant l'autre est une compétence basique que nous avons apprise quand nous étions enfant, mais le fait d'utiliser cette compétence pour nous transporter dans la nature peut soudainement donner une nouvelle dimension à cette activité. L'idée de marcher pour le plaisir est apparue à la fin du 18ème siècle. Cette idée est une suite logique de la vision du mouvement romantique concernant notre environnement et la nature.

Le sac à dos bitihorn Norrøna 20 L dans le massif transalpin

Les Alpes sont connues pour être un paradis en hiver, mais il ne faut pas oublier qu'elles sont également magnifiques en été. Elles restent le plus grand massif montagneux européen et, dès que la neige disparaît, accueillent de nombreux cyclistes, grimpeurs, coureurs et randonneurs. Les Allemands ont même leur propre terme pour désigner la traversée des Alpes : « Transalp ». Ce qui signifie « à travers les Alpes ». Cette excursion est comparable à la « Haute route » en hiver, et est un classique pour les personnes passionnées de randonnée et de vélo en montagne. Un sac de 20 litres sur le dos, des étapes de 3-4 jours et la nature à perte de vue. Généralement, cet itinéraire part d'Allemagne, dans le Nord des Alpes, et se dirige vers le Sud, en direction de l'Italie.

Le photographe Hans Herbig voulait trouver un nouvel itinéraire de randonnée transalpin, en partant de Garmisch en Allemagne et en arrivant quelque part près de Meran, dans le Tyrol du Sud. Il avait pour objectif de marcher le plus vite possible, avec le moins de bagages possible. Pour lui tenir compagnie, il a choisi un cycliste, une spécialiste des relations publiques et un prothésiste dentaire. À vrai dire, la spécialiste des relations publiques et le prothésiste dentaire ne sont pas des gens ordinaires : la première est férue de course à pied et le second a terminé l'« Iron Man » en moins de 10 heures. Je vous présente Martin Matthes, Marie Meixner et Olaf Fidorra. Ensemble, ils ont parcouru 89 km, 6940 mètres d'ascension et 8841 mètres de descente en 24 heures et 20 minutes.

Vous partez en randonnée en montagne durant la saison estivale ? Le kit bitihorn Norrøna est parfait pour vous

Voici une description détaillée de leur expédition. Avertissement : vous trouverez une multitude de noms allemands de refuges, de lacs, de montagnes et de lieux dans les paragraphes qui suivent.

Jour 1 : 20 km / 3 heures et 20 minutes
Hans le photographe et Olaf le prothésiste dentaire/Iron Man sont partis de la commune de Garmisch-Partenkirchen, en suivant la rivière Partnach en direction de Raintal. Même si chaque minute comptait, ils ont pris le temps de boire une tasse de café au refuge « Raintalanger » avant de poursuivre leur route vers leur première étape, un refuge appelé « Knorrhütten », où ils ont passé la nuit.

bitihorn Norrøna, pour randonner léger

Jour 2 : 24 km / 6 heures
Le lendemain matin, ils ont mis le cap sur l'Autriche en passant par le « Gatterl » et « Erwalder Alm », où Martin le cycliste a rejoint le groupe, sans son vélo. Ils sont passés près du magnifique lac Seeben et ont gravi les collines escarpées jusqu'au refuge « Coburger ». Ils sont passés près d'un autre lac magnifique appelé le « Dragon Sea », et ont gravi un petit couloir appelé « Grünstein Scharte », avant que le sentier ne commence enfin à redescendre un peu vers le refuge Lemberghaus, qui sert un déjeuner « Kaiserschmarn » supposé être un repas très copieux. « On nous a conseillé un sentier qui descend cette montagne, le « sentier du chasseur sauvage », donc après avoir repris des forces, nous avons décidé de monter un peu pour rejoindre le bon sentier qui descend vers Mieming », se souvient Hans le photographe. Une fois arrivé à Mieming, le groupe s'est fait conduire dans la ville de Lusens pour y passer une bonne nuit de sommeil et pour rejoindre le dernier randonneur : Marie, la spécialiste des relations publiques, férue de course à pied.  

Produits bitihorn Norrøna conçus pour randonner léger

Jour 3 : 24 km / 7 heures
Ils ont commencé par l'ascension du Schafgrübler, un joli sommet qui culmine juste en-dessous des 3000 mètres. Ils ont déjeuné au refuge « Franz Senn » avant de poursuivre leur progression sur le « sentier alpin de Stubai » en direction du refuge « Regensburger ». « Nous ne nous sommes pas arrêtés dans ce refuge, mais nous avons légèrement modifié notre itinéraire pour nous rendre au « Ring », un lieu très connu dans la région », déclare Hans le photographe. On ne sait pas réellement quel mythe est relié à ce lieu, mais il vaut vraiment le détour. Le quatuor a ensuite continué sur le sentier jusqu'au « Midlaun Alm », où ils ont pu descendre dans le village pour y passer la dernière nuit.

Le bitihorn Norrøna a été repéré dans le massif transalpin

Jour 4 : 21 km / 8 heures
Pour le dernier jour, ils ont commencé par prendre le téléphérique pour se rendre à ce qu'on appelle le sommet du Tyrol. De là, ils sont redescendus au refuge « Hildesheimer » en traversant des zones exposées de haute montagne sur la crête « Gamsplatz ». Après une petite descente et une petite montée, le groupe est arrivé en vue de la magnifique « Timmler Schwarzsee », une montagne qui se trouve près du Lac Noir, qui n'est pas du tout noir, mais plutôt d'un vert émeraude étincelant. Ils ont traversé une autre crête, puis ont entamé la dernière étape de leur expédition, le « Schneeberg », une ancienne mine transformée en musée, où ils ont clôturé leur excursion par un fabuleux dîner.

bitihorn Norrøna, pour randonner léger

Comme vous l'avez probablement constaté, une expédition dans les Alpes n'est pas nécessairement primitive. Elle peut être relativement civilisée. Il y a de super refuges en cours de route qui proposent de bons repas et du « schnaps », ce qui permet de rester motivé. S'arrêter dans des refuges tout équipés permet de voyager léger. Deux sous-vêtements, deux paires de chaussettes, un short, un pantalon à fermeture Éclair, une chemise à manches longues, un tee-shirt, une veste shell légère et un vêtement isolant : c'est tout ce dont vous avez besoin d'après ce groupe. Vous n'avez pas besoin d'emmener beaucoup d'eau tant que vous disposez d'un verre pliable pour boire facilement l'eau des ruisseaux. Vous n'avez pas non plus besoin d'emmener de nourriture, sauf peut-être des en-cas en cas d'urgence, car vous pouvez vous ravitailler dans les refuges en cours de route. Tout ce que vous avez à faire, c'est randonner.

Une expérience civilisée tout en voyageant léger.

Afficher les produits bitihorn :

Magazine Norrøna