Norrøna

Røldal - o - rama

L'histoire d'un petit hameau norvégien transformé en une capitale du freeride.

« Concurrent 18, départ dans 30 secondes ! » Le grésillement d'un talkie-walkie résonne dans une énorme tente noire, sur le flanc d'une montagne enneigée, dans un spot d'un coin perdu de l'ouest de la Norvège. Sous le chapiteau, plusieurs centaines de spectateurs assis scrutent le flanc de la montagne, de l'autre côté de la vallée. Tout là-haut, au
sommet de ce qui ressemble à une falaise, on distingue à grand-peine une personne. On constate dans les jumelles qu'il s'agit d'un snowboardeur.

L'équipe du Freeride World Tour examine la paroi.

« 15 secondes ».
Silence.
« 5 secondes ».
Silence.
« Concurrent : top départ ! »

Nous allons vous raconter l'histoire d'un minuscule hameau dans l'ouest de la Norvège qui était récemment encore totalement
inconnu du reste du monde. Cependant, ces dernières années, il est devenu la capitale des adeptes du freeride à ski et snowboard. Quels sont les ingrédients clés de cette saga ? Facile :

1. La neige.
2. La neige.
3. Sans oublier des enthousiastes très novateurs.

David Underland i røldal jakke og bukse på Freeride world tour 2012

Commençons par la neige. Le guide retraçant l'histoire de Røldal et datant de 1960 consacre un chapitre entier à la hauteur de la neige dans la localité. Il décrit en particulier les terribles avalanches qui ont frappé la zone au fil des ans. Le chapitre commence ainsi : « À l'hiver 1906, les chutes de neige ont été très abondantes. Une avalanche partie de Midnuten a véhiculé tant de neige qu'elle a couvert Skorane et balayé la maison et la grange de la ferme de Ripleflåt. » Quatre personnes ont trouvé la mort. Le livre ajoute plus loin : « L'avalanche d'Ekkjejuvet en 1816 a coûté la vie à quatre personnes. » Autre épisode : « En 1855, Tore Monsson Bratteteig et Sjur Ljomanes meurent dans une avalanche à Maurlid, entre Odland et Botnen. Ils sont tous les deux retrouvés morts
et Sjur gît nu. L'avalanche avait arraché ses vêtements. » Et c'est loin d'être tout. Le livre raconte bien d'autres avalanches terribles et nombre d'hivers avec des chutes de neige extrêmes. Aucun doute là-dessus : Røldal est un endroit enneigé et dangereux pour ses habitants.

Compétition annuelle de freeride à Røldal, en Norvège

« Ici, les gens sont authentiques », déclare Pelle Gangeskar. « Vraiment authentiques ».
Âgé de 36 ans, le directeur marketing de la station de ski de Røldal se tient devant sa maison, au bord du lac de Røldal, et porte le regard sur les montagnes qui entourent le village. On peut le qualifier sans peine d'enthousiaste novateur. À bien des égards, Gangeskar est devenu M. Røldal. Il est arrivé dans le village le 20 mai 1995. Gangeskar s'en souvient comme si c'était hier. Il avait lu sur le télétexte du service public norvégien NRK-TV que cette zone de ski était encore ouverte et qu'il y avait trois mètres de neige… fin mai. Il n'en a pas cru un mot. Pourtant, après un long voyage en voiture depuis le sud-est de la Norvège, il a constaté, au pied de la piste de ski, que 50 cm de neige étaient encore tombés dans l'intervalle. Gangeskar est alors monté en télécabine et a effectué la meilleure descente de sa vie. Il a ensuite été convié à prendre un café par la famille Bratteteig, qui dirigeait le centre de ski. Tous voulaient en savoir plus sur ce voyageur venu de loin. Gangeskar a l'impression d'avoir trouvé son véritable port d'attache. « Røldal a quelque chose d'unique. Depuis des siècles, ce village est coupé du monde par la neige pendant la majeure partie de l'année. La manière dont les habitants ont appris à vivre, malgré des ressources limitées, en exploitant la chasse et la pêche de subsistance, a donné naissance à d'excellentes qualités humaines. À Røldal, les habitants éprouvent un fort sentiment d'appartenance à leur communauté et ils collaborent volontairement. Les 500 âmes qui vivent ici s'entraident. Tout le monde se connaît. La topographie et la météo sont des dons du ciel pour les skieurs et snowboardeurs. »

David Under tout vêtu de rouge. Il porte la veste et le pantalon Norrøna de la collection røldal

La station de ski dans laquelle Gangeskar s'est rendu en 1995 avait été construite en 1977. Deux frères dotés d'un bon sens des affaires, Jan et
Rolf Bøen, épaulés par leur ami Lavrans Fossaaen, avaient lancé le projet. Ils ont décidé de construire une station de ski dans le secteur de Håradalen, au-dessus de Røldalsbygda, ce qui représente un excellent choix pour le ski de descente et hors-piste. La station passe ensuite entre les mains de la famille Bratteteig. Pendant des années, ils exploitent les abondantes chutes de neige pour attirer les villageois, les habitants de la zone voisine d'Odda, ainsi que les résidents de la ville côtière de Haugesund, située à deux heures de route. Mais la renommée de cette zone de ski n'allait pas très loin. Et la famille Bratteteig n'avait pas la moindre idée de ce qui allait arriver après ce café que le jeune Gangeskar a consommé chez eux.
« À l'époque, je me déplaçais beaucoup pour faire du ski » explique Gangeskar. « En 1996, j'ai participé au championnat nordique de freedride
à Riksgränsen (station de ski en Suède). J'ai constaté que les pistes de Røldal étaient bien plus adaptées à ce type de ski que les montagnes de Riksgränsen. J'ai donc commencé à réfléchir à l'organisation d'une compétition de freeride à Røldal. »
Ce projet reste un rêve lointain pendant des années, jusqu'au jour où Gangeskar et son amie Bettina Gavoll-Hansen
décident de se lancer en 2001. Ils réunissent d'autres personnes insouciantes, quelques sponsors et bien entendu la station de ski de Røldal. Le tout premier Challenge Freeride de Røldal est ainsi organisé.
« Je me souviens très bien de cette première compétition », raconte Gangeskar. « Fredrik Ericsson, le freerider suédois, a sauté d'une falaise au milieu de la montagne et après avoir atterri, il est resté étendu au sol sans bouger. Nous n'avions pas envisagé la possibilité que quelqu'un pourrait se blesser. Nous ne savions pas comment aller le récupérer. Ces secondes ont passé très lentement et je me suis demandé dans quoi nous nous étions fourrés. Mais heureusement, Fredrik s'est finalement relevé avant de descendre la montagne tout seul. » Plus tard, lors de la cérémonie de remise des trophées, l'ambiance était très joyeuse. Les participants qui avaient fait 12 ou 13 heures de route déclaraient déjà qu'ils avaient hâte de revenir l'an prochain, pour le prochain Challenge Freeride de Røldal. Gangeskar et Gavoll-Hansen ont alors compris qu'ils avaient comblé les skieurs.

Six ans plus tard, après six éditions du Challenge Freeride couronnées de succès, Gangeskar s'est installé dans le village, avec son épouse Tonje et leurs enfants. Bien vite, il a échafaudé de
grands projets pour son nouveau village. « Le Challenge Freeride de Røldal est devenu une épreuve qualificative pour la Coupe du monde de cette discipline, le Freeride World Tour, en 2008. Des personnes ont commencé à affluer du monde
entier et la réputation de la station a progressé. Je me suis alors dit : Et si on organisait nous aussi une épreuve du Freeride World Tour ? », explique Gangeskar.

Quand on skie à Røldal, on retrouve les sensations fortes que réservent les zones en altitude, tout en bénéficiant d'une vue magnifique sur le lac.

L'hiver 2011-12 a commencé de manière classique à Røldal : Les chutes de neige ont été abondantes tôt dans la saison. Mi-décembre 2011, la station de ski de Røldal avait déjà deux mètres de neige, soit plus que toute autre station de ski dans le monde. Et la neige a continué à tomber. Fin février, en pleine tempête de neige évidemment, un semi-remorque géant est arrivé à Røldal. Les logos apposés sur les flancs ne laissaient aucun doute sur l'identité de son propriétaire : le Freeride World Tour. Gangeskar, désormais directeur du marketing de la station de ski dont il avait entendu parler pour la première fois 17 ans plus tôt, pouvait enfin observer les meilleurs pratiquants de freeride envahir le petit village. « Tout cela a pris du temps », remarque Gangeskar. « Mais on a réussi. Grâce à la patience et l'ardeur infinies de mon épouse Tonje. Et grâce aussi à de nombreuses personnes motivées, à la municipalité d'Odda et à Norrøna.”

Revenons au snowboardeur au bord du précipice. Nous sommes le 26 février 2012, jour de compétition dans le cadre du Freeride World Tour. La station de ski de Røldal est envahie par les meilleurs skieurs et snowboardeurs du monde, ainsi que par des spectateurs passionnés. Un hélicoptère survole la zone. L'attente est palpable. Tout là-haut, David Underland, ambassadeur Norrøna, vêtu d'un dossard numéroté, écoute le compte à rebours. Underland a remporté le Challenge Freeride de Røldal à cinq reprises, ce qui représente un exploit formidable. Il va désormais tout donner lors du Freeride World Tour, qui se déroule chez lui. Toutes les jumelles sont braquées sur Underland, qui, comme à l'accoutumée, effectue une descente impressionnante, suivant une trajectoire audacieuse, agrémentée de plusieurs sauts de falaise. Arrivé sans encombre en bas de piste, il n'est pas entièrement satisfait de sa prestation.
« Je n'ai pas l'impression que les choses se soient très bien passées cette fois », déclare Underland. « Mais je n'ai pas voulu jouer la sécurité. Je voulais me pousser un peu plus, maintenant que le Freeride World Tour passe chez moi. Le niveau est tellement élevé dans cette compétition, qu'il faut repousser ses limites. »
Underland a participé plusieurs fois à la Coupe du monde de Freeride et s'avoue heureux que l'épreuve fasse escale à Røldal.
« Ce lieu et cette épreuve n'ont rien à envier aux autres étapes du Freeride World Tour. Røldal n'a pas d'équivalent. En tant que sportifs, nous voyons que Pelle (Gangeskar) et son équipe sont des professionnels possédant une immense expérience. Et c'est agréable de pouvoir présenter Røldal sous son meilleur jour. Ce n'est pas qu'un amas de neige. Il s'agit d'une station de ski fantastique, accessible et permettant des descentes super. Si vous ne rechignez pas à faire un peu de marche, vous pouvez trouver des pistes raides à souhait », déclare Underland.

Nous sommes désormais en mai 2012. La tornade du Freeride World Tour a quitté Røldal depuis longtemps pour rejoindre
d'autres destinations de ski plus prestigieuses. Mais bien que l'été approche, le calme n'est pas encore revenu sur la station de ski de Røldal. Il y a encore beaucoup de neige. La zone reste ouverte pour le champion du monde et champion olympique Aksel Lund Svindal, ainsi que tout le reste de l'équipe norvégienne de ski alpin. Pour sa part, Gangeskar profite du beau temps pour faire du ski alpin dans les zones environnantes. Gangeskar déclare qu'il n'est pas sûr de ce que lui réserve l'avenir. Il ignore si d'autres épreuves du Freeride World Tour seront organisées à Røldal. « Je n'en sais rien », avoue Gangeskar. « Cette expérience a été formidable. C'était sympa de mettre en valeur les montagnes, la neige et une épreuve de niveau mondial. On pourrait fort bien renouveler l'expérience. Mais une épreuve du Freeride World Tour coûte trois millions de couronnes. Pendant les vacances de Pâques, nous avons organisé un championnat norvégien junior de freeride à Røldal. Nous avons accueilli des enfants, dont le plus jeune avait neuf ans, et le budget total s'est élevé à deux paquets de piles, données par l'épicerie locale. Pourtant,
je dois reconnaître que cet événement a été bien plus amusant que le Freeride World Tour. »

InformationsBienvenue à Røldal
Généralités Røldal Skisenter possède deux téléskis, un télésiège et 12 itinéraires préparés. Cependant, la réputation de Røldal provient principalement de ses chutes de neige abondantes, qui offrent des opportunités quasiment illimitées de ski hors-piste ! La station se situe à 800 m d'altitude, tandis que le télésiège permet d'atteindre 1 300 m. La saison s'étend normalement de fin novembre/début décembre à la deuxième semaine de mai. Les chutes de neige moyennes pour cette période sont d'environ 11 m. Oui, vous avez bien lu !
Transports Vous pouvez venir en car ou en voiture d'Oslo, de Bergen, de Stavanger ou de Haugesund. Si vous venez de
loin, il est plus simple de rallier l'une de ces trois dernières villes en avion, puis de louer une voiture.
Hébergement Les capacités d'hébergement de Røldal ont explosé ces dernières années, mais il est toujours préférable
de réserver longtemps à l'avance. De nos jours, il existe toutes sortes de formules, allant de la cabane rustique à l'appartement flambant neuf. Vous pouvez faire votre choix sur www.roldal.com
Challenge Freeride de Røldal Depuis 2001, Bettina Gavoll-Hansen et Pelle Gangeskar organisent la principale compétition de freeride en Norvège. Chaque année, les meilleurs pratiquants de freeride de la Norvège s'affrontent aux côtés de nombreuses stars mondiales, sur les pistes raides et enneigées de Røldal. Inscrivez-vous, si vous en avez le courage !
Plus d'informations
www.roldal.com
www.roldalfreeride.no

røldal

Magazine Norrøna