La sélection de produits Norrøna de Robert

En Patagonie, vous devez être prêt à affronter tous les temps. Vous devez vous attendre à des vents violents. Les températures varient énormément d'un jour à l'autre et selon votre position et votre altitude.

Et il peut pleuvoir et neiger le même jour. Étant donné que les approches sont toujours longues et que l'ascension doit être rapide (en raison des brèves fenêtres météo), votre équipement doit être léger et polyvalent. En même temps, le granite est très épais, votre matériel doit donc être suffisamment solide car il sera malmené. Comme vous pouvez le constater, je préfère superposer de fines couches plutôt que de porter des vêtements épais, cela permet d'avoir une tenue plus polyvalente dans un environnement complexe et qui ne cesse de changer. Et je déteste me surcharger inutilement. Voici ce que j'ai utilisé lors de ma dernière expédition en Patagonie :

Couches extérieures

Robert Caspersen, ambassadeur Norrøna, porte l'article phare de la marque, le pantalon flex1 svalbard

Le pantalon flex1 svalbard est LE pantalon polyvalent par excellence ! Je l'utilise pour la randonnée, le ski alpin (je peux le porter par-dessus mes chaussures de randonnée), l'escalade glaciaire et l'alpinisme et pour toutes les activités en extérieur de manière générale. Il s'agit d'un vêtement soft shell relativement léger, très résistant et qui offre une bonne protection contre les intempéries. Lors de mes approches en Patagonie, je le porte sans couche supplémentaire. Lors de mes ascensions, je porte un caleçon en laine et/ou une fine couche en polaire en-dessous (caleçon stretch warm2 trollveggen). Le seul inconvénient avec ce pantalon, c'est qu'il est un peu trop large au niveau des jambes pour grimper avec des crampons (mais c'est également ce qui le rend aussi polyvalent…). Mais ce n'est pas un problème pour moi car les chaussures que je porte, les Scarpa Phantom Guide, ont des guêtres intégrées et lorsque je rentre le pantalon dedans, je peux porter des crampons. J'emmène également toujours un pantalon de pluie ultra-fin, le modèle dri1 fjørå. La plupart du temps, il reste dans mon sac à dos, mais je peux le mettre par-dessus mon flex1 svalbard pour une protection supplémentaire s'il pleut, si je suis pris dans un orage ou pour avoir un peu plus chaud lorsque je campe.

Robert Caspersen, ambassadeur Norrøna, portant la veste Aero60 bitihorn

Pour mes approches, je porte souvent la veste Aero60 bitihorn pour une bonne protection contre les intempéries. C'est un de mes vêtements préférés ; un modèle coupe-vent fin et ultra-léger, respirant et simple. Généralement, je le garde comme couche supplémentaire sous n'importe quelle veste que je pourrais rajouter plus tard. Si le temps reste au beau fixe, cette veste me suffit souvent pour la majorité de l'ascension. S'il pleut, s'il neige beaucoup ou si le temps se gâte, je mets ma veste dri1 bitihorn par-dessus. Elle est également fine et ultra-légère, mais aussi imperméable. Portées ensemble, ces deux vestes offrent la protection et la chaleur d'une veste en Gore-Tex deux ou trois couches, même si elles ne sont pas aussi résistantes et peuvent se déchirer. Il n'est pas conseillé d'escalader une cheminée de granite tranchant avec ces vestes...donc si vous n'êtes pas sponsorisé comme moi, la falketind en Gore-Tex est une option plus sûre et plus économique. Ça reste une veste ultra-légère, ma préférée en cas de risque d'abrasion.

Robert Caspersen choisit la veste légère dri3 bitihorn pour une bonne protection sur la paroi

Isolation

Comme couche de base en haut, je porte une couche de laine et une veste polaire fine par-dessus, la warm1 falketind. Pour la plupart de mes ascensions en Patagonie, j'emmène également deux vestes isolantes, une fine en primaloft et une veste en duvet plus épaisse. La Primaloft60 lyngen est une veste très compacte et légèrement isolante. Je la porte soit par-dessus, soit sous ma veste shell, car elle est très polyvalente. Je grimpe souvent avec cette veste lorsqu'il fait froid. Je ne pars jamais sans ! Lorsqu'il fait froid et que je descends en rappel, que je me repose, que je campe et juste en cas d'urgence, j'emmène la jolie veste duvet épaisse down750 lyngen. Cette veste isolante allie chaleur, légèreté et volume.

Veste PrimaLoft60 lyngen Norrøna pour une bonne isolation pour les ascensions dans le froid

Accessoires

J'ai souffert d'engelures à plusieurs reprises et mes doigts sont toujours froids. C'est un gros problème lorsque vous faites de l'escalade. Il faudrait que je porte tout le temps des moufles, mais ce n'est pas possible lors des ascensions difficiles. En Patagonie, je porte des gants moyennement épais la plupart du temps, et ma préférence va aux gants en Gore-Tex lofoten. Ce sont les gants isolants Norrøna qui offrent la meilleure prise. Malheureusement, ils ne sont pas dotés d'un gant de protection (je travaille avec Norrøna sur une version plus longue de ce modèle). Certaines personnes aiment les gants courts, mais j'ai besoin d'un bon gant de protection. J'ai généralement une paire de rechange dans mon sac à dos, et une paire de moufles isolantes dri1 narvik au fond de mon sac en cas d'urgence.

J'ai utilisé trois sacs à dos différents en Patagonie. Pour transporter des charges lourdes jusqu'à notre camp de base avancé au pied du Cerro Torre, j'ai utilisé le sac à dos synkron svalbard 80 L. Pour l'ascension de ce sommet, j'ai utilisé le falketind 30 L, un sac ultra-léger et épuré sans fioritures. Pour l'ascension du Fitz Roy, comme nous n'emmenions que le strict nécessaire pour deux jours, j'ai utilisé le même sac à dos pour l'approche et l'ascension. Le trollveggen 45 L était parfaitement adapté. Il est suffisamment grand pour accueillir un sac de couchage, un matelas gonflable et une petite tente. Et au pied de l'ascension, où je laisse tout le matériel pour dormir, j'enlève également certaines parties du sac à dos pour l'alléger au maximum. D'un geste simple et rapide, j'enlève la plaque arrière et la partie en aluminium, la ceinture de hanches et le dessus, ce qui permet de réduire de moitié le poids du sac qui ne pèse plus que 750 g ! Ce sac ultra-confortable, pratique pour l'approche, peut rapidement être transformé en sac d'escalade épuré et léger !

De retour de mes expéditions, mon journal est plein de remarques sur les ajustements à faire au niveau des vêtements et des sacs à dos. Une grande partie du travail de création se passe sur la table de dessin, mais c'est seulement en testant les produits en conditions réelles, dans toutes les conditions, que nous comprenons ce qui va et ce qui ne va pas. Dans des situations extrêmes, les petits détails du produit deviennent très importants : en fait, tout est dans les détails ! J'espère que mes expériences serviront à d'autres personnes pour qu'elles n'aient pas aussi froid et qu'elles ne souffrent pas autant que moi dans les montagnes. Mais il ne faut pas oublier que ce n'est que du matériel, et en montagne, l'équipement est important mais le plus important, c'est l'utilisateur : VOUS !

Je vous souhaite de belles aventures au grand air !

    Magazine Norrøna